News for juin 2010

L’été des amis

C’est acquis, cet été s’annonce placé sous le signe de la belle amitié.

« L’ÉTÉ DES AMIS », donc.

C’est un concept libre de droits, tu peux toi aussi l’appliquer à ton été 2010 si ta vie amoureuse est chaotique et ta vie professionnelle burlesque.

(Au passage je te dois, lectorat désabusé, un bien légitime battage de coulpe rapport à mon manque d’assiduité. Que certains auront interprété comme un décès, alors que non, ça va bien la petite santé, j’ai beaucoup voyagé voilà tout. Notamment dedans l’ascenseur émotionnel. J’y reviendrai. Donc je m’étais fait rare. Une manière de se faire précieux. Heu enfin pas précieux dans le sens « ho ce garçon avec sa chemise à jabot et son collant lycra il est très précieux, m’étonnerait pas qu’il en soit », vu que, à l’instar de la musaraigne et de l’orang-outan, je reste résolument judéo-chrétien. Bref enfin donc pardon, merci et bisou.)

Pourquoi la belle amitié ? demanderas-tu, lectorat-qui-retrouve-ses-marques-après-deux-mois-d’absence. Ah mais parce que la période s’y prête, voilà tout.

L'été des amis

Juin est là, avec son cortège d’apéros improvisés, de pique-niques arrosés, de libations qui s’éternisent. C’est le moment ou jamais de profiter des soirs orangés où rires et papillons vibrent dans l’air tiède. De converser jusqu’à plus soif en se gorgeant de tomates-cerises (“oué t’as vu ça me fait déjà un fruit ou légume sur les cinq qu’y faut par jour, allez je reprends de la terrine pour fêter ça”).

Il y a du peuple aux terrasses. Les amis, par grappe, prennent racine sous les treilles des rues piétonnes, à l’ombre des placettes, aux flancs des canaux. Les bruits des guitares estompent ceux des moteurs. Les filles rivalisent de débardeurs. On n’est pas malheureux, ma foi.

Parfois, on se dit que merde, chier, dans six mois c’est déjà l’hiver. Que ça y est, le jour le plus long de l’année est passé, qu’on glisse à petits pas vers les frimas et la bise du jour de l’an à la Tata-Georgette-qui-pique .

Raison de plus, donc, de profiter de L’ÉTÉ DES AMIS.

Oh, dans l’absolu, on pourrait tout aussi bien miser sur l’amour/la réussite professionnelle/la religion/l’équipe de France de football/les voyages loin loin/la résurrection-surprise de Pierre Desproges.

Sur tous ces plans, hélas, c’est un peu le bordel (je suis notamment sans nouvelles de Dieu depuis une demi-douzaine d’années, ça commence à m’inquiéter). Remémorons-nous au passage qu’en janvier dernier, naïf et guilleret, j’écrivais la phrase suivante:

Je peux annoncer, roulement de tambour, que, ces temps-ci, à la faveur d’une conjoncture étonnamment favorable, je suis très très heureux. (…) Disons que J’OSCILLE ENTRE 7 ET 9 sur l’Échelle du bonheur.

Je me le note en majuscule, en prévision de dans six mois, quand je serai retombé au fond du gouffre.

Une telle prescience de ma part me confond et m’esbaudit. (Il est important de s’esbaudir à intervalles réguliers. Ainsi, on oublie le gouffre abyssal de la Sécu, la dernière mélodie à la mode de David Guetta et la pénurie de papier-toilette le dimanche soir au fond des gogues.)

Adoncques, par gros temps faites le gros dos et misez sur les amis. Car l’amitié, au fond, c’est un peu le Livret A de la relation humaine (oué). Du solide. Du stable. Du gagne-petit, mais du gagne quand même. Mobilisable à n’importe quel moment. Sain. L’épargne à papa, pas trader pour un sou.

Par ÉTÉ DES AMIS, j’entends:

  • un été placé sous le signe des petits plaisirs, type: chanter faux, percer du papier à bulles, marcher pieds nus dans l’herbe, écouter de l’eau couler au soleil, jouer à un jeu quelconque, coincer une brindille entre ses deux pouces et siffler fort, médire des gens qui circulent dans la rue, picoler tôt, rentrer tard, lézarder au bord de tout ce qu’on voudra d’aqueux. Activités qui sont beaucoup beaucoup plus drôles entre amis, reconnaissons-le.
  • un été où on se donne pour règle de ne jamais refuser une bière (sauf dispense signée par les parents).
  • un été où s’enchaînent parfaitement Roland-Garros/la Copa del Mundo/le Tour de France/les délices fripons du mois d’août à Paris.
  • un été ponctué par les week-ends à droite à gauche, qu’est-ce que l’argent au fond de toute façon on n’aura pas de retraite. Bordeaux, Barcelone, Périgord = c’était bien. Coming soon: Auvergne, Île de Ré, Irlande = ça va être bien.
  • un été où on se dit que de toutes façons, pour tous les trucs relous là, genre chercher un autre appart un peu plus activement, eh bien on verra à la rentrée. C’est de la procrastination à l’échelle trimestrielle. Si c’est relou à faire, eh bien on aura tout le temps de le faire quand il pleuvra sur Paris. Faut avoir le sens des priorités.
  • Ainsi on réchauffe son coeur au soleil de la joyeuse camaraderie. C’est beaucoup plus écologique qu’un poêle à bois, quoi qu’en dise le charismatique Jean-Pierre Dupire.

    Jean-Pierre Dupire

    Mon prochain billet sera sans doute consacré à un résumé de ces deux derniers mois via une farandole d’anecdotes authentiques, truculentes et insolites, que je scanderai par des points-virgules pour faire branché.

    À La Culotte

    Attention, une troisième fois n’est pas coutume, j’m’en vas te parler un tantinet de futbol.

    (Après j’arrête, promis.)

    Déjà, pardon de m’être fait un peu rare ces derniers temps, mais faut dire que j’ai subi pas mal d’ascenseurs émotionnels. Et aussi, j’ai participé au lancement d’un petit projet bloggique qui pourrait te plaire, filou de lectorat.

    Ce blog de futbol s’intitule À La Culotte et il est très joli.

    À La Culotte

    Je vais y sévir un peu avec quelques copains, d’autant que la Copa del Mundo arrive sous peu.

    Je t’invite à aller voir même si t’aimes pas le foot, parce que justement y’aura des articles de fond qui répondent aux questions que tu ne t’es jamais posées sur le football, sur et en dehors du terrain. On va parler look, on va parler vintage, on va parler LOL. Le foot comme objet social, en somme.

    Oué. Ça va être bien je crois.

    Sinon, j’ai pas mal de choses à te raconter. Ne sois pas trop impatient, cesse de trépigner, je te promets qu’il y aura de la quête du bar-de-copains, il y aura du Barcelone, il y aura de la levée de malédiction, bref, si Allah le veut que du bon manger.

    Bisous les kids.

    Posté le: juin 3rd, 2010
    Catégorie: Pêle-mêle
    Tags: , , ,
    Commentaires: No Comments.